Martinique - Tour des Yoles

34e édition : Les réactions

Tr Mque : Une édition compliquée !

Par ujc, publié le 08/08/2018 à 09h48 - Mis à jour le 12/08/2018 à 09h13

La 34ème édition du Tour de Martinique des Yoles rondes s’est achevée dimanche 5 août avec le succès sans contestation d’UFR / Chanflor devant Brasserie Lorraine / SARA Energies Nouvelles et Somarec / Petit Navire.

tour yole2018_réaction
Un parcours inédit qui a souri à Félix Mérine et à son équipage. (Antilles-SPORT)

Diany Rémy (patron de Brasserie Lorraine / SARA Energies Nouvelles, 2ème à 1h 06min)

Quel bilan tirez-vous de cette 2ème place ?
DR : Nous sommes satisfaits de notre Tour. Nous terminons 2ème avec un équipage qui commence seulement à prendre de l’expérience, c’est très bien. Mon équipage a de l’avenir ; il suffit d’être patient et nous allons réussir ensemble. Nous sommes tombés sur un équipage qui a été meilleur que nous. Je tiens à les féliciter. Celui qui gagne est celui qui a fait le moins d’erreurs. Chapeau à eux pour cette « decima ».

Comment avez-vous trouvé ce parcours ?
DR : J’ai trouvé ce Tour plus intéressant que les autres. Il y a plus de charme, plus de suspense avec énormément de dessalages. Il fallait avoir une bonne préparation mentale et physique.

Loic Mas (patron de Zapetti / L’Appaloosa, 8ème à 3h 30min)

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour vous cette année ?
LM : La chance…Tout ce que nous avons tenté n’a pas réussi. Bien sûr, il faudra que nous nous remettions en question. Cela va se faire au calme ; nous allons discuter ensemble pour analyser ce tour.

Il vous manquait aussi des équipiers.
LM : La personne qui tenait l’écoute durant toute la saison n’a pas pu se libérer pour la semaine du Tour donc cela a un peu désorganisé l’équipage mais, ce n’était pas grand-chose. Nous n’allons pas chercher cette excuse. Nous avons tout donné mais, ce n’est pas passé ; il faut accepter et repartir pour l’année prochaine.

Comment avez-vous trouvé ce parcours inédit ?
LM : Magnifique. J’avais annoncé que ce Tour là allait être le plus difficile et cela a été le cas. A cause non seulement du parcours mais aussi aux conditions car, sur la côte Caraïbe, le vent tourne et accélèrent énormément. On n’a jamais exactement la force annoncée donc le choix de voile est très compliqué.

Pédrick Petito (patron de CTDM / EDF, 10ème à 5h 15min)

Le Tour fini, il vous reste de la force pour faire la fête à l’arrivée avec les supporters
PP : Les supporters nous donnent la force pour faire la fête avec eux. Ils nous ont donné la force dans les mauvais moments donc c’est normal que nous leur renvoyons la balle en leur disant merci.

Comment s’est passé cette semaine ?
PP : Nous étions souvent en milieu de flottille sur la ligne de départ donc, cela nous a permis de prendre de bons départs par rapport aux mapipis. Après, c’est souvent le choix de voile qui nous a fait défaut ainsi que le réglage de la yole. Tout cela fait que le Tour a été compliqué pour nous. Nous avons remédié à certaines choses sur quelques étapes comme cette dernière où nous avons montré que nous pouvions suivre les mapipis.

Pour quelqu’un qui est issu du gommier et habitué à la côte Caraïbe, comment as-tu trouvé ce parcours ?
PP : Cela reste un parcours de voile. La difficulté est venue des conditions météorologiques. Il ne faut pas croire que c’était difficile parce qu’on était sur la côte Caraïbe ; les conditions météos étaient dures. Il y avait du vent soutenu voire très fort ce qui nous a fait évoluer avec de toutes petites voiles. Il y a des yoles qui sont partis sur des étapes avec des 32 m², nous avec 37 m² notamment le jour où nous finissons 2ème aux Anses d’Arlet. La seule chose qui était difficile sur ce Tour, c’était la météo. A Saint-Pierre, nous avons des pointes à 30 nœuds, je ne crois pas que nous ayons souvent navigué avec ce type de vent. Le parcours sur la côte Caraïbe est normalement plus tranquille car il n’y a pas la houle qui gêne et fatigue les coursiers. Sur la côte Atlantique, il faut gérer le vent et les vagues, ce qui n’est pas le cas sur le parcours de cette année.

Olivier Mérine (coursier Tania Chaussures / SME / MSR, 16ème à 12h 46min)

C’était un tour difficile. Nous avions des gars avec nous qui sont partis pendant la compétition ce qui nous a pénalisés. Nous avons des jeunes qui sont un peu immatures et cela a baissé le moral de l’équipage. Nous nous sommes parlés et nous avons pu remonter la pente lors des 2 derniers jours. Malheureusement, lors de cette dernière étape, nous avons eu l’accrochage avec Mr Bricolage alors que nous étions bien placés. La yole a été abimée et nous n’avons pas pu finir la course.

Ce parcours était très technique, très difficile. Il était aussi plus long avec des conditions de vents avec lesquelles nous n’avons pas l’habitude de naviguer. Cela fait du bien finalement de changer de temps en temps d’autant plus qu’UFR a gagné.

 

Réagissez à cet article

Votre réaction

Vous devez être connecté pour laisser une réaction : Connexion »

» Voir les Conditions Générales d’Utilisation

Rejoignez le Team Antilles-SPORT
© Antilles-SPORT.com 2018 - Tous droits réservés | CGU | CGV | Contacts | Partenariat | Publicité
Réalisé par CréolWeb

Antilles-SPORT.com, journal de l'information sportive des Antilles-Guyane proprose à ses lecteurs de retrouvez en temps réel toute l'actualité du sport (du football au beach-volley) en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe. Les résultats, les classements, les images, les analyses, les interviews, les rendez-vous sportifs et bien d'autres sujets, sont sur Antilles-SPORT.com, la référence de l'actualité sportive en ligne aux Antilles-Guyane.