Martinique

Editorial CLUB SPORTS PLUS

Joseph Ursulet : Sports Plus se souvient …

Par ujc, publié le 10/03/2021 à 11h44 - Mis à jour le 14/03/2021 à 03h22

Après le décès de l'ancien président de la Ligue de Football de Martinique le 29 janvier dernier, nos amis du Club SPORTS PLUS nous ont fait parvenir un texte que nous publions.

Cesaire Ursulet Havelange
De gauche à droite : Aimé Césaire, Joao Havelange, Joseph Ursulet en février 1996 à la Mairie de Fort de France. (SPORTS PLUS)

Si on jugeait les dirigeants comme on le fait pour les joueurs de nos jours, le Président Ursulet aurait eu de très bonnes « stats ». Longue durée à la tête du football martiniquais, soit 16 ans et surtout plusieurs réalisations ou évènements marquants. Nous avons choisi de rappeler ici des moments qui correspondent à une période faste de notre football.

Joseph Ursulet et Emile Pastel (LFM) 1984
Joseph Ursulet et Émile Pastel … en toute décontraction (SPORTS PLUS)

Ce n’est pas vraiment ainsi qu’on se les représentait. Joseph Ursulet est arrivé à la tête du football martiniquais suite à l’AGO de janvier 1980, entouré d’une équipe qui comptait des hommes à forte personnalité. On pourrait citer Émile Pastel mais aussi Yves Baron, et Fernand Triolet plus particulièrement. Ils étaient très investis de leur mission. Il est vrai qu’il fallait bien cela pour reprendre en main un football qui se laissait aller à quelques dérives dont la violence sur les stades. Ils ont fait preuve de rigueur et de fermeté et, nous le disons par ailleurs, ils ont bien réussi. Pourtant notre conviction est faite que pour eux il y avait avant tout la fierté et la responsabilité d’être à la tête d’un des rares secteurs de la vie économique et sociale administré par des martiniquais. En effet, à cette époque, la Ligue de Football était de très loin la plus forte. La seule à être autonome et à générer ses propres recettes.

A titre d’exemple une bonne affiche de championnat pouvait attirer 2000 spectateurs. Bien plus que cela, un après-midi de football c’était une commune animée et active. On comprend dès lors que les enjeux n’étaient pas uniquement sportifs. Il importait de préserver l’image du football mais aussi d’avoir une vision sur ses possibles développements. L’ouverture sur la Caraïbe sera un axe essentiel. Et puis dans les dernières années, le projet de Division Antilles apparaissait comme la perspective d’une dynamisation nouvelle.

Les années Ursulet

C’est en 1980 qu’est arrivée une liste organisée qui s’est choisi comme Président Joseph Ursulet. Trois grands axes étaient à l’époque présentés comme prioritaires :

  • La lutte contre la violence qui périodiquement sévissait sur nos stades.
  • L’ouverture sur la Caraïbe.
  • La moralisation du football.

16 ans après, le mandat du président a été renouvelé trois fois. Preuve que la majorité du corps des présidents de clubs était satisfaite de la gestion de la Ligue. D’ailleurs les rapports étaient toujours votés tant en A.G. Ordinaire que lorsque des propositions de modification des règlements étaient avancées. Sans entrer dans une analyse nuancée, il est possible de présenter schématiquement un bilan de l’action du président Ursulet.

Comme dans tous bilans, il y a eu des temps forts et d’autres moins heureux, mais nous croyons pouvoir distinguer deux périodes.

Des réussites incontestables

Tout d’abord, une réussite incontestable sur le premier point. Le climat du football s’est amélioré et la discipline ne connait plus de scènes de violence. Il a fallu pour cela prendre des décisions lourdes et courageuses. Une des toutes premières a été la sanction infligée au Réal de Tartane et à la Renaissance. Rétrogradation suite à un résultat suspect qui faussait le verdict du championnat.
Autre phase importante, la rétrogradation de l’US Robert suite à l’agression d’arbitres par les supporters du club. Une mesure exemplaire dont le club a réussi à tirer le meilleur parti pour revenir quelques années après, au premier plan.

Inauguration Maison foot
De gauche à droite, au premier plan : Émile Maurice, Président du Conseil Général, Joseph Ursulet, président de la LFM, Fernand Sastre, président de la Fédération Française de Football (FFF), Guinel Eguienta capitaine de la Sélection. (SPORTS PLUS)

L’autre volet majeur du programme a été l’ouverture sur la Caraïbe. Là encore, le président Ursulet a montré une grande conviction qui pour certains pouvait être qualifiée d’entêtement, car il a fallu supporter les décisions arrogantes et vexatoires des responsables de l’UFC et principalement du président Warner. Ici, les résultats ont été spectaculaires aussi. Des compétitions furent mises en place en Sélection et pour les clubs. La Martinique remporta 3 fois le Tournoi des Nations de la Caraïbe en sénior et en junior, allant même participer à un Tournoi face aux ténors de la CONCACAF : Mexique, Canada … Des clubs comme l’Aiglon et l’US Robert ont aussi connu cette expérience. La Martinique aura même organisé deux tournois des Nations de la Caraïbe en jeunes et en sénior…(Extrait de Sports Plus n° 275 octobre 1996)

Un grand projet : La Division Antilles

En arrière plan de tout cela, il y a eu ce qui a constitué le maillon faible de toutes les équipes qui ont dirigé la LFM avec le Président Ursulet. Le problème de la difficulté à communiquer, à dialoguer, à rassembler, à susciter la participation et à faire avec les autres.
Problème de communication certes…

Extrait de Sports Plus n° 275 octobre 1996 :

Peut-être aussi que forts de leur conviction qu’ils avaient joué pleinement leur rôle de guide, en toute bonne foi et soucieux de l’intérêt général, ils attendaient, ensuite, l’adhésion totale de la base. On retrouve ce travers dans le lancement du dernier grand projet présenté par l’équipe du Président Ursulet, celui de la Division Antilles. Une grande idée, mais parachutée dans l’urgence, elle n’a pas été bien exploitée.

Voir plus loin le paragraphe sur la Division Antilles …

Inauguration de la Maison du Football

Le 6 février 1983 aura été un grand jour pour le Football Martiniquais qui, pour son 30° anniversaire, inaugurait « sa Maison ».

L’ouverture sur la Caraïbe

sélection
Club Martinique : Premier titre de Champion de la Caraïbe en 1983 en Guyane. (SPORTS PLUS)

Cette Caraïbe des sports, nous l’avons appelée de nos vœux dès notre naissance en 1977. Nous avons applaudi des deux mains la création de l’Union de Football de la Caraïbe en janvier 1978.

C’est pourquoi nous avons considéré la création de l’UFC comme un temps fort de l’histoire de notre football. Avec les ligues de Guadeloupe et de Guyane, la LFM a, dès le départ, contribué à l’émergence d’une Caraïbe du Football, dans des conditions souvent difficiles puisque nos trois pays ne sont pas des nations comme les autres membres de l’UFC. Il a fallu défendre des idées sans hymne ni drapeau. Il a surtout fallu gagner notre reconnaissance dans ce concert caribéen en nous imposant sur le terrain : par trois fois, nous avons remporté la Coupe des Nations de la Caraïbe…(Extrait : Sports Plus : « 32 ans de sports »)

1988 : La Martinique organise le Tournoi de l’UFC

C’est la première fois qu’une phase finale du tournoi des champions de la Caraïbe se déroule dans un pays français. La Martinique a mérité cet honneur parce qu’elle a été vainqueur des deux précédentes éditions (Guyane en 1983 et Barbade en 1985). C’est le stade de Place d’Armes, devenu stade Georges Gratiant, qui accueille la compétition. Le vainqueur sera une très belle Sélection de Trinidad.
L’autre fait notable que les analystes doivent prendre en considération, c’est que, à cette époque, la Sélection de Martinique est composée entièrement et uniquement de joueurs évoluant dans le championnat de Martinique.

Une photo qui dit beaucoup sur le rôle qu’a joué le Président Ursulet et son équipe pour la réussite de l’entrée de la Martinique dans le football Caribéen. Ici, il est au centre de la rencontre entre Aimé Césaire et le Président de la Fédération Internationale de Football (FIFA), le brésilien Joao Havelange avec le Président de L’Union Caribéenne de Football (UFC), le trinidadien Jack Warner.

Pour son œuvre, le Président Ursulet sera distingué au Hall of Fame, instance suprême de la Confédération de football d’Amérique du Nord, d’Amérique Centrale et des Caraïbes.

La Division Antilles : une grande idée…

Un super championnat basé sur la Guadeloupe et la Martinique. Au départ, les 6 premiers clubs de chaque Division Honneur se retrouvaient pour former une élite dans cette catégorie nouvelle pour un championnat en aller et retour. En Martinique 4 meilleurs stades avaient été retenus avec aussi un souci de diversifier la localisation : Fort de France, Lamentin, Morne Rouge et Rivière-Pilote. Un grand projet pour sortir de la routine. Incontestablement un gros travail de concertation avait été réussi entre les deux Ligues pour surmonter tous les obstacles dont celui de la logistique.

Les promoteurs et les techniciens étaient enthousiastes. Ils en attendaient une élévation du niveau de pratique et aussi la création d’un marché nouveau beaucoup plus attractif : voyages en avion, déplacements de supporters, séduction de sponsors nouveaux et plus puissants …Pourtant, en l’absence de débat avec les présidents de club, un vrai dossier d’analyse avait été proposé par Sports Plus.

C’était le numéro 254 de février 1995 : Division Antilles : Équation fatale ?

Sports plus saluait l’initiative et la performance d’avoir si bien avancé sur le dossier. Notre réserve principale était que le fait de sortir du championnat de Martinique les 6 meilleures équipes du moment allait fatalement entraîner une perte d’intérêt pour le championnat de Martinique et pour les équipes évoluant ici.
« Pareille séparation est unique dans les annales du football car partout ailleurs l’élite est attendue dans son championnat d’origine pour un juste retour du savoir… »

Nous avons regretté un excès de précipitation qui ne permettait pas de mettre en place une communication capable de créer une vraie adhésion à ce projet qui comportait, incontestablement, les germes d’une révolution stratégique et nécessaire.

« Faute de concertation et peut-être pour avoir voulu rester totalement maîtres d’un projet dont ils attendaient des merveilles publicitairement et financièrement, les promoteurs se sont isolés et n’ont pas su exploiter l’effet de choc pour redorer l’image du football… »

Indifférents aux avis complémentaires, les promoteurs se sont lancés et ont réalisé une première année riche sur le plan sportif avec, parfois, près de 3000 spectateurs sur certaines rencontres. Mais le mandat de l’équipe du Président Ursulet n’a pas été reconduit en fin 1996. Alors la dynamique retomba. Le projet ne résista pas aux hésitations et remises en question qui suivirent.

Il n’empêche que l’idée de Division Antilles a été une contribution intéressante et une perspective stratégique pour changer le paysage et les moyens du football antillais. Malheureusement, après cette période, les conditions sportives, économiques et les habitudes de consommation ont évolué défavorablement pour le football local.

Cette chance a été perdue et toutes les tentatives pour maintenir une compétition entre Martinique et Guadeloupe, voire Guyane ont été sportivement moins ambitieuses et stratégiquement pas porteuses de développement.

 

CLUB  SPORTS PLUS

 

 

Réagissez à cet article

Votre réaction

Vous devez être connecté pour laisser une réaction : Connexion »

» Voir les Conditions Générales d’Utilisation

Rejoignez le Team Antilles-SPORT
© Antilles-SPORT.com 2021 - Tous droits réservés | CGU | CGV | Contacts | Partenariat | Publicité
Réalisé par CréolWeb

Antilles-SPORT.com, journal de l'information sportive des Antilles-Guyane proprose à ses lecteurs de retrouvez en temps réel toute l'actualité du sport (du football au beach-volley) en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe. Les résultats, les classements, les images, les analyses, les interviews, les rendez-vous sportifs et bien d'autres sujets, sont sur Antilles-SPORT.com, la référence de l'actualité sportive en ligne aux Antilles-Guyane.

Antilles-SPORT.com

GRATUIT
VOIR