Martinique

Plus jamais ça !

Par ujc, publié le 13/06/2021 à 07h12 - Mis à jour le 18/06/2021 à 02h15

Les amoureux du cyclisme étaient très nombreux ce dimanche 13 juin pour manifester face à l’insécurité routière et rendre hommage à Gérard Toto, le cycliste décédé accidentellement la semaine précédente sur la route.

plus jamais ca
Autour de la famille de Gérard Toto, l'hommage a été fort sur le lieu de l'accident mortel. (Antilles-SPORT)
plus jamais ca (2)
Les cyclistes de tous âges étaient présents. (Antilles-SPORT)

Le monde du cyclisme a répondu présent en masse à l’appel des organisateurs de ce rassemblement ce dimanche matin sur le parcours de ce qui aurait dû être la course de reprise des compétitions. Une semaine après le décès de Gérard Toto, fauché par une voiture lors d’une sortie avec son club du Vélo Club Spiritain, licenciés et non licenciés de tous âges se sont retrouvés au stade Georges Gratiant du Lamentin pour une sortie hommage et pour profiter pour marteler leur message aux automobilistes : « plus jamais ça ; partageons la route ». Plusieurs centaines de pratiquant se sont d’abord rendus sur le lieu de l’accident à Pelletier pour se recueillir en compagnie de la famille et déposer une gerbe sur le bord de la route. La caravane a ensuite suivi le parcours de la course prévue ce dimanche en faisant des haltes sur les différents lieux où des accidents mortels de cyclistes se sont déroulés. Avant le retour sur le Lamentin, le peloton s’est arrêté au Saint-Esprit devant le domicile de Gérard Toto pour une poignante minute de silence.

Nous avons recueilli de quelques participants.

Nicolas Laurent (président du VCS)

Cela me fait chaud au cœur de voir qu’il y a autant de monde ; pour le club mais surtout pour la famille quand elle nous verra arriver devant chez elle pour la minute de silence. Je pense que cela leur fera plaisir. Ils sont très contents de notre action d’aujourd’hui.
Je ne sais pas si cette action aura un impact sur les automobilistes mais, nous n’allons pas nous arrêter à cette seule action. Nous allons répéter ce genre de manifestation et, je pense, qu’à un moment, ils comprendront et nous donneront une chance de pratiquer notre sport.

Emile Demazy (coureur cycliste au CCV)

Cette manifestation est pour mobiliser un peu tout le monde ; que ce soit les automobilistes mais aussi les coureurs. Nous voulons protester contre tout ce qui se passe à l’encontre des cyclistes. Cela est de plus en plus compliqué de rouler sur la route. J’ai moi-même déjà été victime plusieurs fois, avec un mollet arraché ; lors de mon dernier accident, j’ai eu des vertèbres atteintes et j’ai passé 3 mois avec un corset. Ces dernières années, la situation se dégrade. Certains automobilistes nous doublent un peu n’importe où ; il faut vraiment faire quelque chose pour les sensibiliser. C’est notre vie qui est en jeu. Cela fait quelques années qu’on parle de bandes cyclables ; on attend. Mais, même avec ces bandes cyclables, nous allons quand même devoir nous retrouver par moment sur la route. Je pense qu’il faut une vraie campagne de sensibilisation une fois par mois. L’Antillais a tendance à oublier très vite donc il faut répéter.

Claude Borelva (ancien footballeur, cycliste de loisir)

Depuis que j’ai arrêté le foot, je me suis mis au vélo avec des amis. En général, nous faisons une sortie les samedi matin et le dimanche. Le week-end dernier (jour de l’accident ; ndlr), je roulais et c’est en rentrant chez moi que j’ai appris la triste nouvelle. Quand il a eu l’annonce de cette manifestation, j’en ai parlé aux copains et nous sommes là ce matin car nous sommes concernés. Nous ferons cette mobilisation tranquillement ; bien encadrés par le service d’ordre.

François Roseau (ancien coureur)

J’ai tenu à être là aujourd’hui pour cette manifestation avec les coureurs. C’est en l’honneur des défunts ; il n’y a pas que Toto, il y a plusieurs cyclistes qui ont perdu la vie sur la route. Je pense qu’une chose importante à faire pourrait être de goudronner les bas côtés qu’ils ont aménagé en trottoir jusqu’à Sainte-Anne. Cela pourrait éviter un certain nombre d’accidents. Parfois, je comprend les automobilistes qui sont un peu énervés. Vu le nombre de coureurs qu’il y a en Martinique, la piste cyclable ne va pas changer grand-chose ; c’est pour cela que l’aménagement des bas-côtés pourrait changer beaucoup de choses pour nous.

Daniel Mompelat (Alizé Moto Club, responsable des motards sur le tour de Martinique, membre de la sécurité routière)

Toutes les manifestations que nous pouvons faire sont bonnes à prendre étant donné qu’il faut que nous soyons actifs quasiment tous les jours. Maintenant, ce qu’il faut savoir, c’est que nous avons affaire à des fautes de comportement avant tout ; ce n’est pas la majorité des automobilistes ou des usagers de la route qui créé problème mais une minorité. Malheureusement, quand cette minorité entraîne le drame que nous venons de vivre, cela fait mal. Nous avons tous un travail à faire ; j’insiste sur le tous ; car je suis persuadé qu’il y en a qui voit des gens partir sous alcool ou stupéfiant et qui ne font rien. Demain matin, quand c’est un cousin, un neveu ou un fils qui décède on se dit qu’on aurait dû tout faire pour empêcher cette personne de pendre la route dans cet état. Au niveau de la Sécurité Routière, nous essayons de changer les comportements le plus tôt possible, dès la maternelle.
Il y a toute une série de mesures qui peuvent être étudiées. Jean-Michel Ragot me parlait de bloquer des portions de route sur une tranche horaire. C’est une possibilité. Il y a aussi des pistes au niveau des gens qui partent en entraînement avec les coureurs sur des formations à effectuer. On peut améliorer la visibilité des groupes (panneaux, haut-parleur, sirène). On ne peut pas se contenter de ce que nous avons actuellement, il faut faire des choses pour trouver des solutions. La piste cyclable ne se fera pas du jour au lendemain. Il faut s’asseoir autour d’une table et mettre sur papier des solutions à court, moyen et long terme. Cela implique des décisions politiques. Je suis un peu déçu car à mon avis, les politiques ne s’impliquent pas suffisamment. Il y a un travail à faire à leur niveau. Pourquoi ne pas imaginer dans chaque commune une journée vélo. C’est bien beau, nous sommes actuellement en période d’élection mais, ils pourraient nous accompagner de temps en temps et voir ce que vivent les sportifs. Quand il y a le tour de Martinique, tout le monde est content ; tout le monde est là. Mais, si on ne donne pas la possibilité à nos sportifs de s’en sortir, nous n’allons pas y arriver. Il faut leur donner les moyens. Vous imaginez après un drame comme cela, si demain mon fils me dit qu’il veut faire du vélo, je lui dis non.

 

Réagissez à cet article

Votre réaction

Vous devez être connecté pour laisser une réaction : Connexion »

» Voir les Conditions Générales d’Utilisation

Rejoignez le Team Antilles-SPORT
© Antilles-SPORT.com 2021 - Tous droits réservés | CGU | CGV | Contacts | Partenariat | Publicité
Réalisé par CréolWeb

Antilles-SPORT.com, journal de l'information sportive des Antilles-Guyane proprose à ses lecteurs de retrouvez en temps réel toute l'actualité du sport (du football au beach-volley) en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe. Les résultats, les classements, les images, les analyses, les interviews, les rendez-vous sportifs et bien d'autres sujets, sont sur Antilles-SPORT.com, la référence de l'actualité sportive en ligne aux Antilles-Guyane.

Antilles-SPORT.com

GRATUIT
VOIR